Chargés de clientèle, l'art du système "D" et de la survie

Rédigé le 16/02/2021

Évolutions encore et toujours !

Prise en charge de la clientèle Pro, ouvertures de comptes, de livrets, Ma French Bank, Cap Client, et maintenant vente de contrats de prévoyance… les nouveaux outils se bousculent au guichet, accompagnés de leurs objectifs. Passer de Cap Client à Score, d’un guichet à un ilot, d’ilot à Smartéo n’a plus de secret pour eux. Sans parler des automates à surveiller et des bugs informatiques à excuser, le Chargé de Clientèle fait face.

Difficultés encore et toujours !

Après les irritants créés par VirtuOS, par les pannes informatiques à répétition, etc, voici que Western Union et CP23 (imprimé douane) se sont invités à la complexité de leurs activités. Mais il faut continuer à vendre, encore et toujours.

Des moyens de remplacement sont supprimés, à l’arrache depuis la fin de l’accord CCR. Trouver des intérimaires ou des CDD est tout simplement impossible dans certains territoires et lorsqu’il y en a, au bout de 18 mois, il faut les renvoyer ! Leur formation est à la charge des titulaires, et le plus souvent ce sont aux titulaires de laisser leur place pour se déplacer.

Enfin, les nombreux départs en TPAS, en retraite ou pour autres motifs ne sont remplacés qu’en interne à chaque DR. Plus aucun recrutement, plus aucun appel à candidature hors de la DR. Les frontières sont hermétiquement fermées : À chacun son CAP, à chacun son emploi ! Mais qui paie le prix de cette politique « protectionniste » ? La charge de travail se répercute sur l’équipe et on revoit les managers au guichet.


21T0211B1_difficultes_cc_fev_2021_vd3 Version courte.pdf 21T0211B1_difficultes_cc_fev_2021_vd3 Version courte