Pacte social ou plan social : c'est une question de confiance!

Rédigé le 14/05/2021


Connaissez-vous une entreprise qui a annoncé une perte de 1,8 milliard d'euros en 2020 et qui s'engage pour la période 2021-2024 à ne pas procéder à des licenciements collectifs ? C'est rarissime et à l'inverse des comportements auxquels nous ont, hélas habitués les grandes entreprises, mais ça existe et c'est à La Poste que cela se passe.
Oui, la Direction du Groupe La Poste vient de proposer à la signature des organisations syndicales un accord longuement négocié qui garantit trois engagements majeurs :
  • Aucun plan social pendant la durée de l'accord (3 ans) au sein de la La Poste SA (la maison mère qui emploie 220 000 personnes sur plus de 249 000 que compte le Groupe)
  • Un budget de formation dédié à la transformation, au développement des compétences et à l'employabilité. C'est un investissement majeur dans la richesse humaine du Groupe pour se préparer collectivement aux métiers de demain.
  • Une gestion prévisionnelle des emplois et compétences au niveau territorial, pour mieux coller aux besoins d'emplois et aux aspirations des Postières et postiers à travailler dans leurs territoires. 
C'est donc clairement le pari de la confiance.
Confiance des actionnaires dans la capacité de la Poste à accélérer sa transformation de modèle économique, à générer de la performance, des résultats pour assurer sa pérennité.
Confiance de la Direction dans la qualité de la richesse humaine, premier actif de l'entreprise, et dans la capacité des postières et des postiers à développer leurs compétences, à se projeter dans les métiers de demain et déployer le nouveau plan stratégique.
Confiance aussi des organisations syndicales signataires de l'accord dans la capacité du Groupe à maintenir un bon niveau de dialogue social et d'investissement dans le capital humain de l'entreprise.
 
Stéphane Chevet et Sylvie Joseph, administrateurs du Groupe représentants les salariés, saluent la démarche de la CFDT, force de proposition, négociatrice et signataire de l'accord, et souhaitons dans l'intérêt des postières et postiers qu'il soit mis en œuvre. Nous suivrons particulièrement le niveau d’investissement dans les formations que nous voulons plus orientées qualitativement que quantitativement, le bilan d’impact de ces investissements dans la richesse humaine au niveau de la transformation du modèle économique de l’entreprise au service de ses clients.
 
(Crédit photo: Fizkes)

FlashInfoN2 FlashInfoN2